La rosée.




"Le même sentiment d’inappartenance, de jeu inutile, où que j’aille: je feins de m’intéresser à ce qui ne m’importe guère, je me trémousse par automatisme ou par charité, sans jamais être dans le coup, sans jamais être quelque part. Ce qui m’attire est ailleurs, et cet ailleurs je ne sais ce qu’il est."

Emil Michel Cioran - De l’inconvénient d’être né  (via lamemoiredesjours)

(Source: lezno, via lamemoiredesjours)



"et, malgré tout cela, j’ai couru derrière toi dès que je t’ai vu tourner le coin de la rue, malgré tous les cons qu’il y a dans la rue, dans les cafés, dans les sous-sols de café, ici, partout, malgré la pluie et les fringues mouillées, j’ai couru, pas seulement pour la chambre, pas seulement pour la partie de nuit pour laquelle je cherche une chambre, mais j’ai couru, couru, couru, pour que cette fois tourné le coin, je ne me trouve pas dans une rue vide de toi, pour que cette fois je ne retrouve pas seulement la pluie, la pluie, la pluie, pour que cette fois je te retrouve toi, de l’autre côté du coin, et que j’ose crier : camarade !, que j’ose prendre ton bras : camarade !, que j’ose t’aborder"

Bernard-Marie Koltès, La nuit juste avant les forêts


"Tu tournais le coin de la rue lorsque je t’ai vu, il pleut, cela ne met pas à son avantage quand il pleut sur les cheveux et les fringues, mais quand même j’ai osé, et maintenant qu’on est là, que je ne veux pas me regarder, il faudrait que je me sèche, retourner là en bas me remettre en état - les cheveux tout au moins pour ne pas être malade, or je suis descendu tout à l’heure, voir s’il était possible de se remettre en état, mais en bas sont les cons"

Bernard-Marie Koltès, La nuit juste avant les forêts

"Je m’en allais donc, et puisque je n’avais plus la chance de la revoir jamais, croyais-je, m’efforçais de ne plus penser à Marthe, et par cela même, ne pensant qu’à elle."

Raymond Radiguet, Le diable au corps

"Nous restions immobiles. Ainsi doit être le bonheur."

Raymond Radiguet, Le diable au corps


Ma morte vivante

Dans mon chagrin, rien n’est en mouvement
J’attends, personne ne viendra
Ni de jour, ni de nuit
Ni jamais plus de ce qui fut moi-même

Mes yeux se sont séparés de tes yeux
Ils perdent leur confiance, ils perdent leur lumière
Ma bouche s’est séparée de ta bouche
Ma bouche s’est séparée du plaisir
Et du sens de l’amour, et du sens de la vie
Mes mains se sont séparées de tes mains
Mes mains laissent tout échapper
Mes pieds se sont séparés de tes pieds
Ils n’avanceront plus, il n’y a plus de route
Ils ne connaîtront plus mon poids, ni le repos

Il m’est donné de voir ma vie finir
Avec la tienne
Ma vie en ton pouvoir
Que j’ai crue infinie

Et l’avenir mon seul espoir c’est mon tombeau
Pareil au tien, cerné d’un monde indifférent
J’étais si près de toi que j’ai froid près des autres.

Paul Éluard (1895-1952)


"C’est peu de t’avoir fui, cruel, je t’ai chassé;
J’ai voulu te paraître odieuse, inhumaine;
Pour mieux te résister, j’ai recherché ta haine.
De quoi m’ont profité mes inutiles soins?
Tu me haïssais plus, je ne t’aimais pas moins."

Racine, Phèdre (Acte II, scène 5)